Figure 1
Le traitement avec PhytoCellTec™ nunatak® a exercé un effet protecteur contre les méfaits des UV puisque le nombre de sphères formées était supérieur de 35% à celui de la culture non traitée.

Figure 2
Echographie avant et après traitement avec PhytoCellTec™ nunatak®.

Figure 3
Le traitement avec PhytoCellTec™ nunatak® réduit la SLEB et améliore significativement la densité du tissu dermique.

Figure 4
Augmentation de l'élasticité et de la fermeté de la peau

PhytoCellTec™ nunatak®

PhytoCellTec™ nunatak® est un ingrédient actif cosmétique à base de cellules souches de Saponaria pumila, une plante alpine qui a survécu à la dernière ère glaciaire.

Saponaria pumila
Saponaria pumila est une plante extrêmophile des montagnes alpines qui a survécu à la dernière période de glaciation en se réfugiant au sommet de pics rocheux émergeant de la glace, appelés nunataks. Constamment exposée au froid et à un rayonnement UV intense, cette plante a développé des mécanismes de protection et de réparation qui lui ont permis de s’adapter à son environnement extrême.

Des cellules souches végétales pour les cellules souches de la peau
La technologie innovante PhytoCellTec™ permet la culture à grande échelle de cellules souches végétales issues de plantes rares et protégées comme le Saponaria pumila. Ainsi cette technique rend possible pour la première fois l’utilisation d’extraits de ce type de plantes pour les cosmétiques.

L'effet
Mibelle Biochemistry a pu montrer grâce à des études approfondies la capacité de PhytoCellTec™ nunatak® à maintenir le potentiel régénératif des cellules souches dermiques humaines malgré les UV. Cet effet protecteur conduit à une augmentation de l'élasticité, de la fermeté et de la densité de la peau dès 4 semaines de traitement.

Résumé
Grâce à la technologie PhytoCellTec™, le potentiel de survie de la plante extrêmophile Saponaria pumila peut être transféré aux cellules de notre peau afin de protéger cette dernière contre les stress environnementaux qui sont la cause principale du vieillissement cutané.

Protection des cellules souches dermiques contre les méfaits des UV
Des cultures de cellules souches dermiques humaines ont été traitées avec PhytoCellTec™ nunatak® tandis que d'autres ont été laissées sans traitement. Les cultures ont ensuite été exposées à des rayons UVA et UVB. La capacité des cellules souches à se développer en colonies et former des sphères en trois dimensions a ensuite été évaluée. Les résultats ont montré que le rayonnement UV réduit fortement le nombre de sphères formées. Cependant, le traitement avec PhytoCellTec™ nunatak® a exercé un effet protecteur contre les méfaits des UV puisque le nombre de sphères formées était supérieur de 35% à celui de la culture non traitée (figure 1).

Augmentation de la densité de la peau
La structure du tissu dermique au niveau de l’avant-bras de volontaires présentant des signes de photo-vieillissement a pu être visualisée par échographie avant et après traitement avec PhytoCellTec™ nunatak® (figure 2). Sur les images obtenues par échographie, le derme est faiblement coloré tandis que la bande hypoéchogène sous-épidermique (SLEB) se caractérise par des zones noires. La présence de cette SLEB résulte de la rupture de l’architecture du derme et est caractéristique des peaux âgées et endommagées par le soleil. Les résultats montrent clairement que le traitement pendant 28 jours avec PhytoCellTec™ nunatak® réduit la SLEB et améliore significativement la densité du tissu dermique (figure 3).

Augmentation de l'élasticité et de la fermeté de la peau
Les effets de PhytoCellTec™ nunatak® sur l'élasticité et la fermeté de la peau ont été démontrés dans une étude clinique incluant 20 volontaires âgés de de 53,5 ans en moyenne et présentant des signes de photo-vieillissement. Une crème à 0,4% de PhytoCellTec™ nunatak® a été appliquée sur l’intérieur de l'avant-bras deux fois par jour pendant 28 jours. Les résultats ont montré une augmentation significative de ces deux paramètres par rapport aux conditions initiales. En particulier, l'augmentation de la fermeté s’est avérée particulièrement élevée - plus de 14% par rapport au placebo après seulement un mois de traitement (figure 4).